[...] j'ai souhaité pour ce dernier « Parlons Tennis » de l'année que l'on évoque le para-tennis avec mon ami Pierre Fusade, dont le parcours tennistique et professionnel en fait une référence et un conseiller précieux pour réussir notre programme.

Gilles Moretton

 

Vous pouvez également lire l'intégralité de notre programme, disponible en pdf.

Interview de Jacques Fusade

Pierre Fusade, ex n°1 français et ex directeur sportif tennis à la Fédération Française de Handisport, est à l'origine, avec Jean Pierre Limborg du tennis en fauteuil en France.

 

Depuis le 11 janvier 2017, le tennis-fauteuil fait partie du para tennis et est intégré à la FFT. Le para tennis, c'est aussi, notamment, le tennis pour sourds et malentendants.

 

Pierre, tu fais autorité dans le tennis en fauteuil... Quelles sont tes attentes pour le Handisport ?

Cela représente un grand chantier. Maintenant que la Fédération gère le para tennis, il faut qu'elle intègre nos contraintes et nos besoins alors qu'elle n'était pas vraiment préparée à cela, ne connaissant le tennis en fauteuil que par quelques-uns de nos champions (Michaël Jérémiasz, Stéphane Houdet et Florence Gravellier) mais peu par rapport à la diversité du handicap et au quotidien des pratiquants de tennis en fauteuil.
Jean Pierre Limborg (chargé de mission de la Fédération) et les futures personnes référencées dans les régions pour les tennis en fauteuil ont trois ans pour réussir à ce que tout soit "sur les rails" pour les années à suivre.

 

.... et côté région ?

C'est la même problématique, voire plus difficile encore en Auvergne-Rhône-Alpes car il y a peu d'activité.

Pour l'instant, par exemple, nous n'avons seulement que 3 tournois dont 2 se déroulent une année sur deux : à Mably (42) et Clermont-Ferrand (63), et le 3è à Cusset (03). Il faut développer plus largement la compétition, vecteur de promotion pour la discipline.

 

Que faudrait il faire ?

Il faut former les enseignants aux spécificités de la pratique en fauteuil roulant, équiper les clubs en matériel adapté (fauteuils roulants spécifiques) et améliorer l'accessibilité dans les clubs, c'est un véritable challenge !
De plus, faire venir les personnes en fauteuil au tennis et en particulier les jeunes n'est pas toujours aisé car il est très difficile d'avoir la possibilité d'obtenir par l'Education Nationale des contacts directs avec les jeunes en intégration scolaire.

Nos engagements pour le para-tennis
  • Bâtir avec les ligues concernées un plan d'action volontariste avec pour objectif de doubler en 3 ans le nombre de pratiquants actuels.
  • Inciter et accompagner les clubs à créer de nouveaux tournois.
  • Mettre en place une formation spécifique des enseignants.
  • Former à la ligue un référent rattaché à l'équipe technique.
  • Créer 3 centres d'entrainements dédiés.
  • Organiser avec les ligues concernées les compétitions et recevoir les championnats de France.
  • Créer une Commission spécifique et nommer des référents territoriaux
  • Développer des journées animations spécifiques sur des lieux publics « tennis tour actions solidaires et sociales» en lien étroit avec les collectivités et les organismes spécialisées.
  • Faire de la ligue AURA la ligue de référence pour l'intégration dans nos clubs de tous les handicap